Rolf Sambale


   La culture , c'est ce petit quelque chose très spécial comme un grain de beauté sur un visage , qui différencie une soeur de sa                jumelle . C'est l'âme d'un peuple . Elle se manifeste dans les sursauts artistiques de ses créateurs , altière ou brutale ,                              toujours profonde , comme un bleu de Lazare ou de Rolf Sambale .

   Chez Sambale toutefois , la culture est une dynamique ou l'artiste en marche pose  inlassablement la question poignante                         de son identité et celle relative au bien fondé de l'existence humaine . Qui suis-je ? Pourquoi vivre ? A quelle fin peindre ? Celui-ci semblen'être jamais satisfait d'aucune définition .

       Il se présente lui-même : " un produit bio-culturel , un être hybride , né de l'union d'une Haitienne , Evy Blaise , et d'un Allemand            Günter Sambale ."Sa mère Evy est assistante administratrice au programme des Nations unies pour le développement , Günter est attaché commercial et culturel à l'ambassade d'Allemagne . Günter est aussi un collectionneur qui se passionne de Lazare,Cédor et Valcin . Le couple a deux enfants , Carole l'aînée , et Rolf .

     Tout jeune , Rolf est préoccupé par la situation en Haiti croupissant sous la dictature de papa Doc . Ses études classiques ,                    commencées au Collége Bird , en sont troublées , mais il les poursuivra au Lycée Alexandre Dumas et au Collége Roger                        Anglade . Entre temps , le, jeune Rolf , inspiré par son père , s'est trouvé un passe-temps : entre deux cours , il dessine son                      amour du pays et ses angoisses y passent . Sa passion pour le dessin l'amènera à décrocher un baccalauréat en arts appliqués au Kerschensteiner Schule  de Wiesbaden , en République Fédérale d'Allemagne .

           Quand il débarque en Allemagne à la fin de l'année 1980 , il a dix-neuf ans . Sambale ne commencera à peindre que quatre ans            plus tard . L'artiste dépaysé et vivant mal le choc culturel , se souviendra de sa terre natale , de ses mythes ancestraux , africains et amérindiens , de la mer turquoise d'Haiti , et de Lazare . L'une de ses premières toiles , peintes en 1985 , a un titre évocateur : Der Urschrei . Le cri en allemand . " Der Urschrei , c'est le son du Big-bang universel ".

           Au commencement était la parole et la parole devient chair .C'est le cri poussé par le nouveau-né , c'est l'étonnement de                          l'homme et le O mimique que forment ses lèvres , commente l'artiste . En effet , la toile représente un être mi- animal , mi-homme  qui avance . Des éléments et codes graphiques propres a Sambale ( ossements , hiéroglyphes , lignes et symboles ) flottent dans la composition du tableau . A déchiffrer comme une partition .

           En 1985 il quitte l'Allemagne pour la France , ou il suivra des cours réguliers en histoire de l'art à l'université de Bordeaux .                      Ses  études dureront deux ans . "Ma formation en histoire de l'art  , dit-il me donne un sens très poussé de la composition et de la            rigueur  esthétique . Grâce à elle aussi , j'ai découvert toute l'importance du dessin dans la peinture . "Il passera également trois   ans aux Beaux-Arts de Bordeaux .

           A Paris il travaille a l'agence Dièse Communication , et partage parallèlement son atelier des entrepôts du Boulevard de la                      Bastille avec Maggie Simmons , une plasticienne et professeure d'histoire de l'art à la Sorbonne .

          Ce séjour plutôt bref , dans la ville lumière , est pour le peintre celui de l'éveil artistique . L'artiste voyage beaucoup son périple               le  conduira en 1990 Guadeloupe ou il exposera à la galerie Michèle Cazanove et en Martinique à la Fondation Clément .

          En Guadeloupe il a institué le Festival Indigo , festival inter caribéen d'arts plastiques annuel qui réunissait de 1992 à 1996                     dans l'enceinte du Fort Fleur d'Epée , des artistes venus d'une dizaine de pays de la région .

          En Floride , l'artiste loue un  atelier dans la Artsouth , campus artistique regroupant des peintres , sculpteurs , photographes                     venus d'horizons divers .                                                                                                                                                                                                           En 2010 il se trouve en Haiti lors du terrible tremblement de terre , très affecté par ce séisme il se rend une nouvelle fois en                        Guadeloupe son deuxième pays comme il aime le dire après une ultime exposition " post séisme " il décède le 28 juillet 2010 , Il est considéré a ce jour comme un des plasticiens majeurs de la Caraîbe . 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×